undefinedNe cherchez pas dans les maladies orphelines car il s'agit d'une pathologie très fréquente, chez les tricoteuses de chaussettes!
Je me suis lancée récemment dans "chaussettes pour un homme " et voilà qu'après avoir réalisé avec plaisir la première, je bloque sur la deuxième.
Le tricot procure un bonheur essentiel et voir l'ouvrage se construire sous les aiguilles est un ravissement.
Que dire quand la pièce est finie! Quelle fierté même si parfois il y a quelques imperfections qui donnent ce charme indéfinissable au "fait-main" !
Seulement, pour les chaussettes, quand on a fini la première, il faut tout recommencer pour la seconde. Et la faire exactement identique!
C'est un peu comme si on avait mal fait le travail, une sorte de punition. Ou alors comme un travail à la chaine, refaire les choses à l'identique...Le charme est rompu. Plus d'étonnement sous les aiguilles, une impression de déjà vu...
Et là, on n'a pas du tout envie de faire la deuxième chaussette, on se projette déjà sur un autre ouvrage (on a parfois déjà choisi le modèle et acheté la laine)et pourtant..
.il va bien falloir s'y mettre!
Retour à l'accueil